Wright Salisbury

Qui est Marguerite Oppenheim ?


— Qui est Marguerite Oppenheim ? j’ai demandé à mon nouveau ami.

— Vous devez me demander plutôt, qui était Marguerite Oppenheim, il a répondu. Elle était l’une qui a échappé. Vous savez, on prise le plus celle qui nous a éludé, bien plus si c’était une femme, une belle femme, une belle jeune femme.

Il a soupiré. Il avait bu beaucoup de vin ce soir là, et il semblait être dans une humeur réfléchie. — Il y avait été beaucoup d’années, beaucoup de siècles... «Il doit être très enivré», j’ai pensé. «Il dit n’importe quoi.»

Je l’avait invité chez moi à prendre un pot dans l’intention de lui emprunter un peu d’argent, puisqu’il avait l’air plutôt prospère, mais je n’avais pas encore trouvé l’opportunité de lui poser le sujet, et donc j’étais étonné quand il m’a dit — Voudrais-vous me prêter de l’argent ?

— Mais non, non! j’ai crié, peut-être avec trop d’insistence. — Pas du tout !

— Pardonnez-moi, il a répondu. — La plupart des gens veulent m’emprunter de l’argent. C’était comme ça que j’ai perdu ma petite Marguerite. Enfin, pas exactement. L’homme qui était la cause de la perte de Marguerite ne voulait pas d’argent; il voulait la jeunesse... et à la fin, et essentiellement, Marguerite.

J’étais confus, à dire le moins. Ça n’avait aucun sens du tout.

— C’était ma faute, complétement ma faute! il a continué. — J’étais si déterminé d’avoir le jeune homme que j’ai laissé échapper ma Marguerite. Vous vous souvenez de la musique et des mots de Berlioz ? Il a commencé à chanter à voix basse:

«Il faut me suivre encore
Jusqu’à cette alcôve embaumée
Où repose ta bien-aimée
A toi seul divin trésor!»

—Quelle folie, quelle bétise, quelle stupidité ! Et qu’est-ce que j’avais gagné ? Son âme ! Sans valeur ! Alors que avec ma puissance, j’aurais pu, j’aurais dû, gagné son amour !

«Cohortes infernales
Sonnez vos trompes triomphales !
Il est à nous!»

— Bla bla bla. Bouffon, imbécile ! Si fier de ma conquête que j’avais oublié ce qui était le plus important, l’amour de Marguerite ! Ce que celui-là avait, aura, jusqu’à l’éternité ! Tout le monde pense que je suis si intelligent. Le Prince des Ténèbres ! Ha ! Le Prince des Idiots !

Je l’ai laissé parler, puisque c’était ce qu’il semblait vouloir faire. Mais il avait fini. Il s’est levé et, jetant un paquet épais de billets sur la table, il a mis son impermeable noir avec la doublure rouge flambante. — Mais comment puis-je vous rembourser ? Quand?, je lui ai demandé.

— Jamais !, il a braillé — Personne ne peut jamais me rembourser! Et il a chancelé à travers la porte et dans les ténèbres de la nuit.

Comme il disparaissait, j’ai entendu un choeur infernal qui chantait mystérieusement:

« De cette âme si fière
A jamais es-tu maître
Et vainqueur, Méfisto?»

Et j’ai entendu, plus faible, une voix qui en criant,— Maître! Vainqueur ! Ha !

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Wright Salisbury.
Published on e-Stories.org on 07.09.2011.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Humor" (Short Stories)

Other works from Wright Salisbury

Did you like it?
Please have a look at:

Heaven and Hell - Rainer Tiemann (Humor)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Vida)