Karl Wiener

Le bonhomme de neige

 
          Il fait soleil. Pas un nuage n’assombrit le ciel. La neige couvre les toits des petites maisons, et la fumée s'élève droit comme un cierge par les cheminées. De la piste de luge sonnent rire et hauts cris. Les enfants lugent en bas de la pente. Montant ils jettent boules de neige l’un à l’autre. Cris d’allégresse accompagnent chaque coup heureux. Au milieu de cette allégresse en est un vieux bonhomme de neige. Appuyé sur son balai il regarde par ses yeux noirs les activités autour de lui. Un chapeau chiffonné couvre sa tête. Sa grande bouche atteigne ses oreilles, et une pipe chauffe son nez rouge. Lui aussi touche plus d’une boule de neige. Les enfants ne deviennent pas las du jeu, mais au crépuscule ils tour à tour rentrent à la maison. Seulement le bonhomme de neige reste sur la piste de luge. Après le dîner les enfants sont rassemblés autour du feu. Le grand-père leur raconte, quelle chose arrivait à un bonhomme de neige :
        La nuit avait tombé. Un bonhomme de neige s’était au coté de la piste de luge. Les étoiles scintillaient du firmament et la neige luisait en clair de lune. Calme avait fait son entrée sur la pente. Le bonhomme se sentait seul. Tout à coup il entendit coups d’ailes. Une troupe d’oies attardées prit terre sur la glace de l’étang près de la pente. Elles avaient parcouru un grand voyage  Elles débattaient à grand bruit les événements de la journée. Mais le voyage les avait fait fatigué. Tour à tour elles cachèrent leurs têtes sous leurs ailes. Bientôt, le silence revint. Seulement une oie encore veillait. Elle marchait çà et là et tirait brins d'herbe de dessous la neige quand elle aperçut le bonhomme. Curieuse, elle s'approcha. Quel drôle d'homme? - Il était debout et immobile à son endroit. L'oie déjà voulait se détourner. A ce moment elle entendit un gros soupir. Elle s'approcha de quelques pas. Le camarade semblait triste. L'oie lui demanda le motif de  sa tristesse, et il se plaignit de son chagrin. Il avait réfléchi à son avenir: La fin de l'hiver viendra bientôt, et le soleil fera fondre la neige. Puis, il y aura aussi sa derrière heure. Il ne verra jamais les fleurs printanières. La seule pensée le fait tomber malade.
         Le chagrin du bonhomme toucha l'oie. Elle réfléchit à un remède, et elle eut une bonne idée: A l'ouest, où tous les jours le soleil se couche, il y a des hautes montagnes. Aux sommets de ces montagnes, la neige ne fond jamais. Demain, au petit jour, la volée des oies y partira. Au ciel elle formera une grande flèche. Le bout de la flèche montrera le chemin. Cela elle raconta au bonhomme. Celui  réfléchit  au conseil de l'oie, et avant de s'endormir, il prit une décision.
          Le lendemain matin, les enfants s'étonnèrent. Le bonhomme de neige avait disparu. Obéissant au conseil de l'oie, il avait pris le chemin que lui avait montré le vol des oies. C'était un parcours très fatigant. Si le Père Noël avec son traîneau n'était pas passé à mi-chemin et le n'avait pas emmené, il ne serait jamais parvenu à ses fins. Mais les agiles rennes devant le traîneau coururent comme le vent. Ils s'élevèrent dans l'air et conduisirent le bonhomme de neige au sommet le plus haut des montagnes.
          Voilà, il fut au but de ses désirs. Heureux d'avoir parcouru le long trajet, il tomba de fatigue et plongea dans un profond sommeil. Son rêve lui montrait un monde ensoleillé avec des fleurs et des enfants riants. Mais quand il sortit de son sommeil, il fut désappointé. Le temps avait changé. Le ciel était couvert de nuages. Par-dessus les sommets sifflait la tempête. L’hiver refusait le printemps avec grêle et neige. La brume cachait la vue sur le val.
           Mais un beau jour, un pâle rayon de soleil sortit par un trou dans les nuages. La brume se retira. La vue sur le val se découvrit, et le bonhomme de neige vit ce que n’avait jamais vu un bonhomme de neige auparavant: Là-bas, tout au fond de la vallée, le printemps faisait son entrée. Les fleurs printanières sortaient de terre. Les enfants s’ébattaient au bord d’un ruisseau qui serpentait à travers la prairie. Le bonhomme regardait les enfants jouant et l'eau scintillant, mais il ne pouvait  entendre ni le murmure du ruisseau ni le rire des enfants. Pas un son n'arrivait de la profondeur du val au sommet. A vrai dire, il ne se sentait pas de ce monde qu'il voyait là-bas.
          Le bonhomme de neige désirait être au milieu des enfants. Pas à pas, il s'approcha de l'escarpement et commença à descendre. Mais il perdit l'équilibre. Il tomba, et avec grand bruit il culbuta la tête la première dans le bas de la vallée. Et parce qu'il voulait se cramponner, il arracha de plus en plus de neige. A la fin de la descente il se retrouvait au pied de la montagne sur le pré, parmi un grand tas de neige. Seulement le nez rouge s'élevait au-dessus. Les enfants accoururent avec des cris d'allégresse. Une dernière fois, ils jetèrent des boules les uns aux autres, avant que le soleil ne fondît la neige, qu'elle rejoignît en petites gouttes un grand nuage.
           Maintenant, ce nuage flotte sur le pays. Le vent la pousse vers l'est, vers le lever du soleil, où les enfants attendent que l'hiver prochain fasse tomber les gouttes  de nouveau en flocons de neige.
 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Karl Wiener.
Published on e-Stories.org on 04.11.2007.

 

O autor

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Contos" (Short Stories)

Other works from Karl Wiener

Did you like it?
Please have a look at:

Los tres hermanos - Karl Wiener (Contos)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Maíllo (Ficção científica)