Karl Wiener

Le pommier

 
       Chaque vœu réalisé aussitôt fait naître bien des vœux nouveaux. Adam et Eva aussi étaient chassés dehors du paradis à cause de leurs désirs hardis. La même chose arriverait à peu près aussi à Joshua, notre petit ami.
       Il y avait un beau jour ensoleillé en été. Grands nuages blancs flottaient sur le ciel. Un petit ruisseau serpentait à travers la prairie et passait devant une colline, où se trouvait un vieux pommier. L'écorce du pommier était sillonnée de crevasses profondes, et son large couronne protégeait contre les rayons du soleil. Joshua s'avait étendu à l'ombre du pommier, les bras croisés au-dessous de la tête. Fatigué du  jeu, il clignait des yeux vers l’haut. Les pommes n'avaient pas encore mûri, mais leur foule promettait une bonne récolte. Joshua essaya en vain de les compter. Leur nombre était tellement qu’il n'avait pas assez des doigts. La chaleur lui avait donné soif et l'eau lui vint à la bouche. Il croyait que les pommes puissent aider. Il se leva sur la pointe des pieds et secoua les branches du pommier. Une pomme tomba. Joshua la ramassa et pris une grande bouchée. Mais quel malheur, la pomme était pourrie et véreuse.
       Le vieux pommier avait aperçu le désappointement de Joshua. Une brise agitait son feuillage, et Joshua l'entendit souffler: «Les fruits précoces sont pourris et véreux. Chaque chose se passe à son heure. » - Joshua était étonné d'entendre le pommier parler. Il se tenait tranquille pour écouter chaque mot, et le pommier continua: « Garde tes rêves, leur réalisation ne tient pas toujours ce que le rêve a promis ». Le pommier s'arrêta, Joshua s’était endormi. À travers de ses paupières fermées luisait une lumière rose. Une bonne fée merveilleuse sortit de cette lumière et chuchota: « Joshua, je t'alloue trois vœux. Ceux-ci s'accompliront. Mais considère bien, car la tentation est forte et il se pourrait bien que tous les vœux sont perdus avant de s’en apercevoir ». Là-dessus la fée disparut.
       Joshua réfléchit. Depuis longtemps il s'irritait du frère plus vieux, qui le traitait en bébé parce que il n'allait pas encore à l'école. Pour cette raison il désira être écolier. Comme promis, le vœu se réalisa aussitôt. Dehors il faisait du soleil, mais Joshua était assis sur le banc d’école et suait. Plein de désir il vit par la fenêtre, rêvait de la pré où les camarades du même age jouaient à la ruisseau. Mais il se consola à la pensée qu'il ait encore deux vœux. Il était assis, sa tête soutenue par la main, et réfléchissait. La vie de son maître lui semblait digne d’envie. Celui-ci jouait de sa vie et savait apparemment toutes les choses que un homme doit savoir. Alors, il désira qu'il ait fini les années scolaires et qu'il soit à la place de son maître. Comme auparavant, le vœu se réalisa aussitôt. Maintenant il s'était lui qui enseignait lire et écrire aux enfants, et il y avait aussi quelque autre chose, que les enfants ne savaient pas encore. Mais quel malheur! - Lui même ne savait pas  beaucoup des choses que les enfants lui demandaient. La curiosité des écoliers l’embarrassait. La misère le fit se souvenir de son grand-père. Cet homme était toujours serein et savait raconter beaucoup des histoires intéressantes. Alors, Joshua voulait être comme son grand-père. Joshua n'avait guère pensé ce vœu, quand il était assis devant la maison sur un banc, clignant des yeux à la lumière du soleil. Il sentait la chaleur agréable traverser ses vieux membres. Mais quand il s'éleva, il devait s'appuyer sur une canne et avait de la peine à marcher. Dans sa tête il rechercha d’une belle histoire, mais aucun sujet lui ne vint pas à l’idée. Les histoires dont le grand-père racontait avaient mûri grâce à l'observation de la vie pendant beaucoup d'années.
       Joshua s’attrista. Il se souvint des paroles du vieux pommier: « Chaque chose dans la vie se passe à son heure ». Il semblait que les jours heureux de son enfance soient perdus pour toujours, les trois vœux étaient gaspillés. Mais, par bonheur, la fée le toucha avec sa baguette magique. Joshua sortit de son rêve et leva ses yeux. Sage par expérience il se proposa de retenir ses vœux jusqu’à ce que leur temps sera venu.

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Karl Wiener.
Published on e-Stories.org on 15.10.2007.

 

O autor

 

Comments of our readers (1)

Show all reader comments!

Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Contos" (Short Stories)

Other works from Karl Wiener

Did you like it?
Please have a look at:

La Mère Holle - Karl Wiener (Contos)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Vida)