Qayid Aljaysh Juyub

La naissance d'un mythe

C'est en 682, après la fondation de la ville, que le général surnommé 'le Gros' se trouvait devant le cachot secret de l'une de ses propriétés avec l'un de ses nombreux hommes de main, une personne plutôt jeune de 29 ans, mais qui lui rendait bien service.

« Comme vous l'avez ordonné, Imperator. Elle est indemne et encore en état de vous parler. Avec l'aide de notre homme, nous avons pu l'enlever du camp des esclaves avant le début de la bataille. »

« Excellent Gaius ! Tu es rusé comme un serpent. Vraiment un coup de maître pour enlever la sorcière à ces barbares puants ! »

« Pas trop difficile ! Nous l'avons saisie alors qu'elle allait demander conseil à son dieu ridicule. Elle le faisait toujours à l'écart du camp et sans escorte. Notre mari n'avait qu'à nous indiquer l'heure et le lieu ».

« Qu'en est-il de l'espion ? »

« Il a reçu la juste récompense d'un traître après la bataille ! »

« Excellent Gaius ! Ainsi, nous sommes les seuls à savoir de quelle manière les hordes d'esclaves rebelles ont été vaincues. »

L'assistant regarda son maître avec un sourire entendu. Il connaissait suffisamment ‘le Gros', mais patienterait jusqu'à la fin de l'entretien avec la magicienne.

Nous devrions peut-être noter ici que l'imperator victorieux n'était pas aussi corpulent que son cognomen le laissait entendre. Dans l'attribution des noms romains, de tels 'surnoms' servaient à distinguer les différentes branches d'une famille puissante. Il pouvait également s'agir de noms de dérision, dont les ancêtres vénérés avaient été distingués à une époque. Marcus, l'(anti)héros de notre histoire, était plutôt maigre, mais possédait un ancêtre qui avait manifestement quelques kilos en trop.

Pour le reste, c'était un homme dur et impitoyable, qui savait imposer ses intérêts sans condition. Très riche, il n'avait pas la capacité d'attirer les autres vers lui. Son immense fortune lui permettait d'acheter tous ceux qu'il pouvait avoir pour de l'argent, mais personne ne le suivait de son plein gré, et ceux qu'il achetait avaient l'habitude de serrer les poings dans leur dos avec un sourire de soumission.

« Bien, je vais lui parler maintenant et tu vas attendre ici ! Tu recevras d'autres instructions quand j'en aurai fini avec elle. »

« Dominus, ne devrais-je pas venir ? Cette femme est dangereuse ! »

L'imperator, armé et en armure, regarda avec mépris son jeune acolyte. Gaius était une telle mauviette, à quel point les Juliens étaient tombés dans la déchéance.

« Ne t'inquiète pas, mon garçon. Après tout, la femme est enchaînée et je ne crains pas ses sortilèges ! »

Le "gros" eut un rire rauque et affirmatif.

« Attention, Imperator, elle a quelque chose d'étrange ! »

Souriant avec arrogance et secouant la tête, Marcus entra dans le donjon éclairé par des torches. Après avoir fermé la porte du cachot, il observa d'un œil perçant la petite femme à la peau brune enchaînée au mur opposé. Le puissant imperator s'avança vers sa prisonnière insignifiante et souleva sa tête pendante de la main droite pour la regarder dans les yeux. Ce qu'il y vit le laissa perplexe. Il n'y avait là ni peur ni haine, mais seulement une infinie tristesse.

« Je ne sais pas, sorcière, si tu me comprends ! Mais tes chiens esclaves sont morts misérablement et JE les ai éliminés de la terre. Tu vas maintenant mourir de la manière que j'estime appropriée pour tes crimes abominables ! »

« Je te comprends très bien, homme romain. Tu peux tuer nos corps, mais pas ce pour quoi nous sommes morts. »

Surpris, le fier imperator laissa partir le menton de la prisonnière et recula d'un pas.

« Excellente sorcière ! Sans pouvoir t'humilier avec des mots, je n'aurais eu que la moitié du plaisir. Je dois aussi avouer que j'étais intéressé par ton apparence. J'avais du mal à croire les témoignages qui te décrivaient telle que tu es. Comment se fait-il qu'un être sans charme comme toi ait pu dominer ces créatures ? Peut-être as-tu impressionné les barbares simples d'esprit avec toutes sortes de tours de magie ? »

« Par moi, Dieu a parlé et j'ai montré le chemin aux hommes ! »

Le 'gros' a ri méchamment.

« Les dieux s'adressent-ils à une nymphe comme toi ? Qui donc, Héphaïstos, aussi laid que tu es ? Ou était-ce même le seul dieu des Juifs, qui parle même à des femmes sans valeur comme toi ? À quoi ressemble donc ton dieu ? Assez misérable, je veux dire ! »

« C'est le Dieu de tous les hommes, et il n'a ni sexe ni forme ! »

Sincèrement surpris et pourtant moqueur, Marcus regarda la prophétesse.

« Tu es une vraie philosophe ! Qu'est-ce que ton Dieu sans queue a bien pu dire ? »

« Il ne parle pas en mots, mais m'envoie des images de ce qui sera ! Parfois, je ne parviens pas à en percevoir le sens, mais souvent je vois le chemin et je le montre aux gens. »

« Alors tu sais ce qui t'attend ! Mais je n'ai pas de discussion théologique avec une sale esclave qui se prend pour la Pythie ou Cassandre. Comment t'appelles-tu et d'où viens-tu ? Outre les superstitions de cette meute, comment se fait-il que tu aies pu diriger cette bande de gladiateurs, de bétail esclave et de prolétaires traîtres ? »

« Je m'appelle Zenobia et je suis originaire de la région que vous appelez Syrie. J'étais autrefois voyante parmi les tribus libres du désert. Des chasseurs d'esclaves nous ont enlevés, mon frère Abgar et moi. Abgar s'est échappé, j'ai été vendue. C'est tout ! Pour répondre à la dernière question : avec humanité, Romains ! C'est quelque chose que les gens comme toi ne connaissent pas ! »

Le "gros" eut un rire sinistre.

« L'humanité est l'argument des faibles et des femmes ! Depuis toujours, le fort domine le faible, l'homme domine la femme, le maître domine l'esclave. C'est pourquoi l'Occident domine les peuples faibles de l'Orient. La raison pour laquelle ils t'ont suivi restera à jamais un mystère. »

« Tu ne comprendras pas, homme romain, mais je vais quand même te le dire. Parce que chez nous, il n'y avait pas de faibles et de forts, pas de différence entre les hommes et les femmes. Je ne dominais pas non plus mes frères et sœurs, mais nous ne faisions qu'un. Ainsi, nous sommes morts ensemble pour notre chemin.“

« De grands mots, esclave ! Maintenant, écoute et désespère ! L'un de tes 'frères' t'a trahi, toi et ses camarades ! C'était quelqu'un tout près de toi, que nous appelions 'Spartacus'. Je ne te dirai pas son nom, alors réfléchis et désespère. Pourquoi crois-tu que ta bande t'a forcé à retourner vers le sud, alors que vous auriez pu vous échapper par les Alpes ? Qui penses-tu a donné à Crixus et Gannicus l'idée de se séparer de toi avec la meilleure partie de ta horde, afin que nous puissions envoyer leur troupe vers l'Hadès ? Les excès de ta noble bande ! Tout cela, c'est notre homme qui l'a fait ! Dommage que ton Dieu omniscient ne t'ait pas révélé la vipère ! Mais si cela peut te consoler : Il t'a précédé sur ton chemin. »

« Ton espion a fait ce qu'il devait faire. Ce que tu ne comprends pas, homme romain, c'est que nous sommes tous des êtres humains avec des faiblesses et des forces. Nous avons fait le mal et le bien, mais nous avons aspiré à un monde meilleur et plus juste. Cela restera toujours notre héritage, Romain, et tu ne pourras pas le tuer. »

« Maintenant, désespère vraiment ! Il n'y a plus personne qui se souvienne de tes idéaux. Les 6000 derniers de votre misérable armée ont été crucifiés le long de la Via Appia par 'le petit parvenu' qu'ils appellent 'le grand'. Dans quelques années, ta bande d'anarchistes aura disparu de la mémoire de l'humanité. »

« C'est peut-être vrai, homme romain ! Mais nous avons vécu notre vie de manière indépendante et nous sommes morts en hommes libres ! La gloire est-elle donc si importante ? N'est-il pas plus important de savoir comment on a vécu et comment on est mort ? Je partirai satisfait !“

L'imperator regarda la prisonnière à contrecœur. Ne pouvait-elle pas se rendre compte qu'elle était vaincue ? La conversation ne menait à rien, mais une chose l'intéressait.

« Je ne discute pas avec une esclave cochonne. Mais tu peux encore me dire une chose : Ton misérable dieu-esclave a-t-il aussi révélé mon destin dans son infinie simplicité ? »

« Je t'ai vu ! »

«Oh, vraiment, parle ! »

Marcus a essayé de donner un ton sarcastique à ses paroles, mais il a complètement échoué.

« Tu seras puissant l'un des trois, mais celui qui est devant cette porte sera plus puissant que toi ! »

Le "gros" rit de soulagement. C'était maintenant si absurde que sa peur superstitieuse naissante s'était comme envolée.

« Quoi? Gaius ? Tu sais, sorcière, ce qu'on dit de lui : "L'homme de toutes les femmes et la femme de tous les hommes. Mais en fait, tu es en bonne compagnie. Le vieux dictateur était lui aussi d'avis qu'il y avait "plus qu'un Marius" dans notre Gaius. Mais ce n'est pas un exploit, l'ancien ennemi du dictateur était certes un excellent boucher, mais pour le reste, c'était un misérable péquenaud. Pour finir, notre Gaius va conquérir la Gaule. Continue la sorcière. »

« Jamais tu n'atteindras ton but. Ta vie et ta gloire finiront là d'où je viens. »

L'aura de la pièce avait imperceptiblement changé pendant les dernières paroles de la prophétesse. L'imperator sentit la présence de quelque chose d'infiniment plus puissant que lui et eut peur.

« Maintenant tu dois mourir, sorcière ! »

D'un coup de glaive, le 'gros' transperça la poitrine de la prophétesse et plongea son regard plein d'espoir dans celui de la mourante. La satisfaction qu'il y vit, contre toute attente, lui fit détourner le regard.

Mécontent, Marcus a quitté le donjon.

« Gaius, mon ami, veille à ce que le corps disparaisse. Je te donnerai alors personnellement la récompense qui t'est due . »

« Bien sûr, imperator ! Mais pour ma récompense, nous devrions échanger quelques mots ici ! »

«Quoi ? »

« Au cas où je serais payé comme notre 'Spartacus', il se pourrait que notre petit secret devienne public. Je crains fort que cela ne mette fin à une carrière pleine d'espoir. »

Surpris, Marcus regarda l'homme de main sous-estimé qui commençait à améliorer clairement son statut. Mais n'importe quoi, Gaius resterait toujours un suiveur, certes intelligent, mais insignifiant.

« Qu'est-ce que tu veux ? Deux millions de sesterces de silence, espèce d'avorton ? »

« Cher Marcus, pas d'argent ! Mais l'année prochaine, une questure en Hispanie. Tu verras, le secret de ta réussite est bien gardé avec moi. »

« Gaius, tu m'étonnes. J'aime aider mes amis, surtout s'ils connaissent leur place et sont discrets. »

« Je vous admirerai toujours, mon cher Marcus. Nous devrions quitter cet endroit désagréable et laisser mes hommes faire leur devoir ; ils seront d'ailleurs promus dans un monde meilleur une fois leur mission accomplie. »

L'imperator hocha la tête, satisfait. Gaius était vraiment trop précieux pour être éliminé comme prévu initialement.

« Marcus, j'ai une idée pour donner une autre direction à cette sale affaire ! »

« Gaius, je ne comprends pas bien où tu veux en venir ? »

« Mon bon Marcus, c'est une affaire plutôt embarrassante que la puissante Rome ait été vaincue par une femme, même si c'était une sorcière. Si nous devions en rendre responsable une horde d'esclaves sans chef, ce ne serait pas non plus très honorable. Je pense que nous devrions faire de 'Spartacus' un méchant génial à titre posthume. Le mieux, je sais que c'est ridicule, serait de le présenter comme un gladiateur intelligent et combatif qui aurait dirigé la bande. Pour toi et pour Rome, il serait alors extrêmement glorieux d'avoir vaincu un tel monstre. »

Le puissant général hocha la tête, pensif.

"Ça semble logique, ça pourrait marcher. C'est ce que nous faisons !"

(...)

C'est ici que se termine cette histoire. Quelques remarques s'imposent sur les événements des années suivantes.

Marcus, Gaius et le "petit nouveau" s'allièrent et devinrent le premier triumvirat à dominer Rome. Gaius conquit en effet toute la Gaule et passa du statut de partenaire junior à celui d'égal du petit parvenu.

Menacé d'être distancé par ses deux collègues, le 'gros' décida d'envahir l'empire parthe à l'est et d'y établir une province romaine sur le sol de la Syrie et de l'Irak. Un chef des tribus libres du nom d'Abgaros convainquit le 'nouvel Alexandre' de prendre le chemin de la perdition avec sa puissante armée. C'est ainsi que le 'gros' a conduit sept légions romaines à la mort, provoquant l'une des défaites les plus catastrophiques de l'histoire romaine. Avant de mourir, il a pu admirer la tête de son fils aîné sur une lance parthe ; sa propre tête a ensuite été utilisée spontanément par une troupe de théâtre grecque pour amuser le roi parthe.

Certains disent qu'il a été maudit par les dieux, mais je pense qu'il n'y avait qu'un seul dieu.

Quant au grand mensonge, il s'est avéré être un boomerang pour les puissants et les exploiteurs au fil des siècles, car le nom de 'Spartacus' est finalement devenu le fanal des damnés de la terre dans leur lutte désespérée pour la liberté et une existence digne de l'homme.

© 2022 Q.A.Juyub/ H.K.H. Jeub

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Qayid Aljaysh Juyub.
Published on e-Stories.org on 16.05.2022.

 

O autor

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Fantasia" (Short Stories)

Other works from Qayid Aljaysh Juyub

Did you like it?
Please have a look at:

Shopping deal from messiah same druid - Qayid Aljaysh Juyub (Humor)
Pushing It - William Vaudrain (Geral)