Patrice Faubert

Abrégé de la connerie

L'on devrait
Pouvoir mourir
Là où on le veut
Et quand on le veut
Sans aucune douleur
Sans aucune frayeur
Car il existe des produits
Mais là comme ailleurs
Partout, toujours la connerie
Et je suis ton con
Tu es mon con
Et je suis ta conne 
Tu es ma conne
Certes, pas dans le sens du sexe féminin
Qui lui n'y peut rien
Et j'ai ma dose
De connerie
Et tu as ta dose
De connerie
Et il ou elle a sa dose
De connerie
Vous avez, nous avons, ils ont
Une dose de connerie
Bientôt en pharmacie
Bonjour, je voudrais une dose de connerie
Est-ce que je peux dire une connerie ?
Est-ce que tu peux dire une connerie ?
Justement, l'on nous en prie !
D'une façon l'autre
D'une diversité l'autre
Avec ou sans finesse
Pas besoin de montrer ses fesses
Et comme
Il y a de moins en moins
De femmes gentilles, d'hommes gentils
Cela n'est plus compensé par cet usufruit
Car l'on engramme de plus en plus de crétines et de crétins !
Mort aux connes, mort aux cons
Certes
Mais alors, plus aucun être dit humain sur la planète Terre
Qui tant de saloperies, finalement, laisse faire
Par ailleurs le genre humain est si inhumain
Et la couleur de la peau
Noire, blanche, marron, jaune, nuances infinies
N'empêche aucunement le contraire
De toutes les couleurs sont la connerie
De cela, le vrai racisme fait marche arrière
De même
La couleur de la peau
N'empêche aucunement la finesse de la pensée
Noire, blanche, jaune, marron
De toutes les couleurs est la finesse de la pensée
De toutes les couleurs est la connerie de la pensée
Tout dépendant de l'apprentissage et de la connaissance
Cela devrait être une banale évidence
Alors que déjà
Quarante pour cent de la planète
Transformée par les humains, c'est trop bête
Pour nos égoïstes besoins, ce qui nous arrange
Et tout ce que nous faisons
C'est TOUJOURS ce qui nous arrange
Il y a 70 ans
Il y avait encore, 400 000 lions et lionnes
De nos jours
Quelques dizaines de milliers, l'humanité déconne
De la savane africaine et ailleurs
Disparition des habitats à toute heure
Et personne ou presque ne pleure !
Limite K-T
Extinction des foraminifères
Il y a 66 millions d'années sur la planète Terre
Un astéroïde de 10 km de large
Rendant tout dinosaure barge
Des milliards de tonnes
Cent millions de bombes atomiques, tu m'étonnes
Grande trace fossilisée d'iridium
Hypothèse Alvarez en prémium
Vitesse de 80 000 km/heure
Cratère de Chicxulub en conservant la terreur
Soufre, quartz choqué, gaz toxique, soleil occulté
Cela pourrait bien sûr recommencer
Nos récifs coralliens plus que menacés
En pleine période de sixième extinction
Toutes les espèces à grande vitesse, de la disparition
Mais, de toutes les façons
Tout est apparition, tout est volatilisation
Tout est de la transformation
Carbonifère, il y a 300 millions d'années
35 pour cent d'oxygène
Et le règne des insectes géants
De nos jours à l'anthropocène
La géochimie maîtrise encore la scène
Plus que 21 pour cent d'oxygène
Et les insectes sont devenus petits !
Revenons à nos moutons
Donc
J'ai mon con, tu as ton con, il a son con
Vous avez vos cons, nous avons nos cons, ils ont leurs cons
Ou connes, j'ai ma , tu as ta , elle a sa, vous avez, nous avons, elles ont
Sans compter ceux et celles que nous prenons
Pour plus cons ou connes que nous ne le sommes
Pauvres cons, pauvres connes, en somme
Ah !
Être en tête d'une manifestation
Chevauchant MEGANEURA
Par les cosaques de l'anarchie, hourra
Moléculaire
Cellulaire
Immunitaire
L'on ne lutte pas contre l'aliénation
En s'aliénant soi-même avec les autres
Comme après 1968
Les étudiants  staliniens maoïstes
Des établis en usine, de la mentalité ouvriériste
Les professionnels de la contestation
Les professionnels de la révolution
Sont toujours de futurs bureaucrates
Sont toujours de futurs technocrates
Sont toujours de futures figures spectacularisées
Devenant des bureaucrates
Devenant des technocrates
Devenant des personnages de télé
Sachant se rendre sympathiques
Avec derrière, toute une dialectique
En fait, pour innerver le capîtal
Rien, ne vaut les affaires familiales
Car, au niveau juridique
C'est normal
Image exacte de l'organisation du capital
Il y a aussi, la peste émotionnelle
Du football, pendant un temps spectacularisé
Période de l'année, géopolitique analysée
Pendant ce temps, toutes les saloperies
Ont comme un faux répit
Et peuvent, ont pu, peuvent remplir toutes les poubelles !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "




 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12.06.2018.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Previous title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Política & Sociedade" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Anational - Patrice Faubert (Filosófico)
A little rain of Irish blessings - Jürgen Wagner (Aniversários)